Comment l’aider pour les transferts ?

Certaines personnes ayant une maladie neurodégénérative, tombent. La chute accidentelle se définit comme le fait de tomber au sol de manière inopinée non contrôlée par la volonté. Les causes et les conséquences de ces chutes peuvent être graves et si votre proche tombe, parlez-en à votre médecin généraliste. Les chutes sont un risque de blessure et surtout de fracture du col du fémur. Mais ça n’est pas toujours le cas. Cependant s’il est tombé une fois, il peut retomber.

> LIRE LA SUITE

Vous êtes un professionnel de santé et vous avez une question : medforma@pda.fr

Comment l’aider pour les transferts ?

COMMENT AIDER VOTRE PROCHE POUR LES TRANSFERTS?

Certaines personnes ayant une maladie neurodégénérative, tombent. La chute accidentelle se définit comme le fait de tomber au sol de manière inopinée non contrôlée par la volonté. Les causes et les conséquences de ces chutes peuvent être graves et si votre proche tombe, parlez-en à votre médecin généraliste. Les chutes sont un risque de blessure et surtout de fracture du col du fémur. Mais ça n’est pas toujours le cas. Cependant s’il est tombé une fois, il peut retomber.

En cas de chute comment lui apprendre à se relever seul ?

Il faut pouvoir, avec l’aide d’un kinésithérapeute (si besoin), lui apprendre à se relever seul quand il tombe. Surtout s’il habite seul.

Tout le monde peut tomber, mais rester au sol peut être angoissant et dangereux. Et s’il n’y a pas de douleur il faut se remettre debout et apprendre à le faire.

Voir le pdf Schemas avec com / Mettre le relever seul

Les étapes sont :

  1. Dans le cas où la personne tombe sur le dos ; il lui faut plier un genou sur la poitrine, basculer sur le côté de la jambe allongée pour qu’elle puisse se retourner sur le ventre.
    Dans le cas où elle tombe sur le ventre, elle reste sur le ventre.
  2. Se mettre à plat ventre, en fixant le sol. Se redresser sur les coudes et ramener les genoux fléchis pour se mettre à quatre pattes.
  3. Avancer à 4 pattes jusqu’à une chaise ou tout autre appui stable.
  4. Se relever
  5. Se hisser sur les jambes en s’appuyant sur une chaise - en relevant la tête.
  6. Debout, rester appuyé le temps de bien retrouver son équilibre.

Le relever du sol à deux, quand la personne n’arrive pas à se relever seule.

Si on est deux à pouvoir aider une personne tombée c’est cette technique qu’il faut choisir, s’il ne peut pas se relever seul comme montré.
En cas de chute, il faut d’abord vérifier si rien n’est cassé et s’il n’y a pas de blessures. Si la personne a une douleur ou si vous avez un doute, en attendant d’aller chercher quelqu’un pour la lever, il faut installer « la position latérale de sécurité » cela doit devenir un réflexe.

Si tout va bien il faut relever la personne comme cela vous est montré dans le film.

Voir le pdf Schemas avec com / Mettre le relever à deux

Comment l’aider à passer d’un fauteuil roulant à un fauteuil fixe ou l’inverse

La technique utilisée dans le film par cette psychomotricienne pour l’aide au lever est toujours la même.

  1. Positionner d’abord la jambe droite fléchie entre les jambes de la personne qu’on aide, pour avoir un axe de rotation fixe puis positionner ses mains
  2. Si vous voulez que la personne aidée se penche en avant, mettre une main sous le bras et l’autre derrière la nuque.
  3. Faire Quelques pas en marche face à face.
  4. Puis un pivotement pour permettre à la personne de s’asseoir dans son fauteuil roulant.

Voir le pdf Schemas avec com / Mettre le transfert Fauteuil

Ne pas oublier : Notez bien lors des transferts debout assis la position fléchie des jambes de l’aidant.
Il faut toujours lever les repose-pieds, et mettre les freins du fauteuil roulant. Toujours communiquer comme tous ces soignants le font en permanence .Donner les consignes et indications, expliquer ses gestes même si la personne ne dit rien et ne répond pas.

Redressement sur une chaise par une seule personne

C’est un geste simple qui est facile à faire avec un peu d’entrainement et sur les conseils de votre kinésithérapeute. Vous passez derrière la personne affaissée sur sa chaise et vous la saisissez à deux bras sous les épaules comme démontré.

Le relever du lit par rotation

Quand vous êtes seul à aider votre proche pour le lever du lit, il faut apprendre à le faire pivoter comme montré, en l’asseyant dans un premier temps au bord du liet par pivotement.

Voir le pdf Schemas avec com / Mettre le relever du lit

La marche face à face

D’une façon générale avant un transfert il faut :
- Vérifier les chaussures de la personne avant le lever
- L’équiper d’une canne ou d’un déambulateur si nécessaire
- La faire regarder devant elle, en lui expliquant où elle va prévoir des pauses.

Il faut apprendre comment l’accompagner en marchant face à face s’il a besoin d’être sécurisé ; côte à côte avec une sécurisation à deux mains ou à une main est aussi une solution.
Il ne faut pas le tirer par la main, comme c’est trop souvent fait.

Comment utiliser un fauteuil roulant, un déambulateur……Cela s’apprend avec votre kinésithérapeute.
La prévention des chutes passe par apprendre aux personnes qui tombent comment se relever et par l’apprentissage des bons gestes pour se relever seul.

Cette aide à la marche en face à face est l’aide la plus sécurisante pour la personne aidée et l’amène à avoir une bonne tenue de l’axe du corps; mais elle demande un petit entraînement de la part de celui qui la pratique. Il faut de plus, que le chemin soit bien dégagé.

La marche côte à côte avec un appui

Cette aide à la marche est beaucoup moins sécurisante et demande plus d’effort à la personne aidée, elle est à choisir pour les personnes valides sur le plan locomoteur qui ont simplement besoin d’un bras pour s’orienter ou pour se réassurer.
Le seul appui : le bras gauche de l’aidant passe dessous le bras droit de la personne aidée et les deux mains se tiennent.

La marche côte à côte avec deux appuis

Cette aide à la marche est aussi très sécurisante pour la personne aidée, et elle est plus facile pour celui qui la pratique.
Les deux appuis sont :
L’aidant passe son bras sous le bras la personne et lui tient la main. Avec sa main libre, l’aidant tient la 2ème main de la personne. Il s’agit ici de veiller à ce que les bras de la personne ne se croisent pas.